La philanthropie

Nous tenons la philanthropie et ses ressorts pour les meilleurs guides, au quotidien, de l’action humaine, mais aussi, prospectivement, dans l’élaboration et la transformation de nos institutions, pour penser notre avenir collectif.  C’est en ce sens que la philanthropie éclaire et doit éclairer à la fois l’activité humaine et la réflexion portée sur l’encadrement de cette activité.

Il s’agit d’une prise de position qui, à proprement parler, n’appartient pas au domaine scientifique, au même titre qu’une philosophie ethnocentriste ou résolument écologiste. Mais il importe de la révéler ici, puisqu’elle sert de point de repère à notre questionnement scientifique, de la même manière que des physiciens développent et testent scientifiquement des hypothèses en poursuivant des objectifs que n’imposent pas toujours les canons de la science.

Il  reste que l’acte philanthropique trouve d’abord, en la science, la reconnaissance de son caractère fondamental pour le développement de nos sociétés.

Il est désormais affirmé avec conviction, en effet, que les dispositions philanthropiques chez l’humain apparaissent essentielles à sa survie, bien qu’imparfaitement intégrées à son bagage génétique. La science découvre ensuite peu à peu les conditions de ses manifestations (comportementales, intellectuelles et morales) et de son développement.  La philanthropie s’exprime et s’apprécie de diverses façons, dans des contextes institutionnels variés, et c’est dans la reconnaissance de cette diversité que s’inscrivent les travaux de la Chaire Marcelle-Mallet.

La culture philanthropique s’entend ainsi des manifestations comportementales, intellectuelles et morales, de même que des structures sociales par lesquelles des personnes donnent volontairement temps, biens, argent ou de leur attention aux fins de contribuer au mieux-être de leurs semblables, de leur collectivité et plus généralement de l’humanité, et ce, sans contrepartie pleinement équivalente.

L’équipe de la Chaire


Fiche synthèse de la Chaire de recherche